fra Piero della Tralala

Frère tardif de la Renaissance, fra Piero della Tralala est le double numérique de Pierre Clément.

Il découvre la perspective verticale et l’inversion des lumières.

La femme qui a vu l'ours au Palais Tok Tok... - Galerie fra Piero della Tralala 1

La femme qui a vu l’ours au Palais Tok Tok…

… et ceux qui ne veulent pas le voir au Musée du Louvre. Galerie fra Piero della Tralala 2

… et ceux qui ne veulent pas le voir au Musée du Louvre.

Mars assis, Artemis debout, Thor couché. Galerie fra Piero della Tralala 3

Mars assis, Artemis debout, Thor couché.

Quand Antonello da Messina, Il Perugino et Andrea Mantegna tiennent les murs du muzoom. Galerie fra Piero della Tralala 4

Quand Antonello da Messina, Il Perugino et Andrea Mantegna tiennent les murs du muzoom.

Allégorie du mauvais joueur, au Louvre, entre deux eaux. Galerie fra Piero della Tralala 5

Allégorie du mauvais joueur, au Louvre, entre deux eaux.

Fra Piero della Tralala, frère tardif de la Renaissance est mon double numérique. Les images que je construis, fra Piero les enlumine. Fra Piero apparaît en 2006 dans lexposition Apparitions à la galerie La Parenthèse. Les Apparitions de 2006 présentent une version animalière et végétale des Annonciations. L’ange Gabriel est un manchot harnaché d’ailes de papillon, Marie est une fleur, le Saint Esprit un bousier ailé, les colonnes des colonnes et les vases des vases. La méthode de fra Piero est encore primitive, elle traite les images en bloc, mais les couleurs commencent à sortir des ténèbres. En 2007, trois Révélations suivent les onze Apparitions.

En 2008, les deux grands panneaux En attendant la réplique (165 x 110 cm) et Magnitude 6.8 (110 x 165 cm) sont exposés dans la Galerie Scientifique de l’Université de Strasbourg avec la publication de La fin des Mondes. L’exposition Risques sismiques sert de cadre à un débat avec Michel Granet, physicien du globe et directeur de l’Observatoire des Sciences de la Terre.  La sensibilité des mondes imaginaires aux risques sismiques y a été débattue. Ces deux panneaux sont la dernière manifestation de la période primitive de fra Piero della Tralala. La séparation des couleurs et des échelles marque son entrée dans l’âge classique, la maîtrise des textures, des lumières et des couleurs y devient éclatante.

Aujourd’hui, nous sommes inséparables.

Pierre Clément, architecte DPLG/DPLT

www.pierreclement.paris

retour en haut de page